Métaphore

Il fait froid dehors

Archives mars 2007

Sous-sol, compagnie Peeping Tom

Si je n'avais pas prévu ces prochaines décennies de m'emplir les yeux de Julie (Ventredieu, je n'aurai jamais assez de temps !) je pourrais passer ma vie à regarder évoluer les pieds nus d'une danseuse contemporaine ...

Progression inexorable (de lapin)

Cornegidouille ! Me voilà à 50% de mon compte gmail occupé. Ça veut dire qu'il se remplit plus vite qu'il n'augmente et qu'un jour (lointain), il sera plein.

Un petit vrac ?

J'ai du boulot. Plein. Par dessus la tête. J'adore ça, mais ça me laisse peu de temps libre, ça aurait même tendance à me prendre mes soirées et mes week-ends. Notez que je ne suis pas obligé, mais ça me trotte tout le temps dans la tête. Si vous me voyez moins bouger, c'est donc normal. Mais pendant ce temps là, je n'ai pas le temps de réviser pour mes exams.

J'ai un souvenir d'enfance qui me taraude depuis des années, évidemment, il y a une mélodie. C'est insupportable, tuez moi !

Je suis en train de faire un peu de rangement, pendant ce temps là, je regarde la nouvelle star. Si. Je suis décevant, hein ? Je trouve ça absolument fascinant : au départ, je regarde parce que je suis un trou du cul comme tout le monde et que j'aime me moquer des nazes (et fichtre, il y en a !) et voilà qu'il y a des bizarres qui savent chanter. Ce n'est pas du tout désagréable de voir qu'en plein milieu des démonstrateurs vocaux insupportables, il y a des gens qui ont de la sensibilité et ... ben du talent. C'est même plutôt rassurant pour la musique.

On a décalé la journée. Du coup, je vois mon appart au soleil : il faut que je fasse les poussières.

Les belges m'inquiètent. Je n'ai rien contre les belgicismes, mais merde, ce n'est pas une excuse pour les fautes de français. Et là, vous allez me dire que les français en font aussi. C'est vrai, mais en France, c'est limité aux conversations ou aux présentateurs de journaux télé, on y prétend encore qu'il est important de bien parler. Ici, on dirait que ce n'est même plus important et on y subit régulièrement les réclames[1] remplies de fautes au sujet desquelles personne ne s'inquiète. Ça me déprime, tiens !

Ce week-end, il y a Julie qui vient me rendre visite. Moi, j'aime bien les filles, c'est vachement bien, les filles. Mais je ne sais pas si je vais l'ai déjà dit : Je n'échangerai jamais une Julie contre deux barils d'autres filles. Elle n'est pas remplaçable, elle est unique, elle est mieux. Elle est même mieux qu'elle, parce qu'elle est de mieux en mieux. Je suis amoureux.

Julie, c'est la mieux.

Notes

[1] Non, je n'appelle pas ça des pubs.

chat balance pas mal

Je ne suis pas trop du genre à balancer telles quelles des choses trouvées ici ou là, mais chat, ch'est que du bonheur. :)

Hihihi !

Il neige à verse ! \o/

Crâne Bambi

J'aime voir arriver quotidiennement 57 paquets mis à jour, me voilà sous Feisty Fawn une paire de semaines avant la sortie.

De la difficulté d'écrire

Je me retrouve une fois de plus à essayer de rattraper mon retard dans pas mal de domaines : des tas de trucs au boulot, des factures, des papiers, des révisions, du classement, du rangement, et toute cette sorte de choses. Et une fois de plus, il y a certaines choses qui passent en bas de la liste, qui toutes concernent l'écriture. D'abord il y a ces mails qui traînent au fond de la boite, et qui sont tous d'une certaine importance, à défaut d'être urgents : leur point commun est d'attendre une réponse qui tient sur plus de quelques lignes, et donc il faut que je prenne le temps de m'asseoir, de ne rien faire d'autre, et de rédiger. Du coup hop, les voilas qui prennent la poussière (les destinataires en attente se reconnaîtront facilement, hein Amélie ?)

Ensuite, évidemment, il y a ce site, que vous tous, mes plus grand fans (oui, tous les trois) scrutez avec impatience en attendant que je veuille bien y balancer quelque mots. Vous croyez que c'est facile ?

LeChieur a de la répartie

Dimanche au marché, LeChieur, tout à trac, répond au militant, tout en tracts :

-Monsieur, le programme de Ségolène Royal ?
-Non merci, je suis de gauche.

LeChieur, Bed and Breakfast

Le Bed & Breakfast de monsieur et madame LeChieur, c'est bien. Bon d'accord, la cuisine sent le chien[1], c'est peut-être pour ça que LeChieur emmène ses enfants en bas age se nourrir au McDo[2]. S'étonnera-t'on après que les dits enfants lâchent un Pouah ! retentissant en présence d'un Livarot[3] ?

Mais il est d'autres raisons qui valent le coup de choisir une telle destination. Bien sûr, on est nourri au pâtes/jambon à l'eau[4], bien sûr, on a droit à des palettes de transporteur en guise de lit[5], bien sûr, votre copine se fait faire du plat tout le séjour[6], bien sûr, la porte de la salle de bain n'a fort opportunément pas de verrou, ce qui permet au maître de maison de s'y introduire subrepticement pour vous y observer nu[7],

Mais qu'à cela ne tienne, ce qui importe au visiteur, c'est l'atmosphère de recueillement culturel qui baigne ces lieux lorsque le maître d'iceux, désireux de s'élever l'esprit, cesse de s'occuper de ses invités pour prendre un livre et s'installer dans son canapé préféré :

[8]

Notes

[1] Authentique.

[2] Authentique.

[3] Authentique.

[4] Authentique.

[5] Authentique.

[6] Authentique.

[7] Authentique.

[8] Authentique.

Cinq ans

Si l'on accorde quelque crédit à la conception qu'ont les bouddhistes de la métempsycose, alors je devais donner des coups de pieds aux chiens dans une vie antérieure, parce que Julie a son caractère, et des fois ce n'est pas facile.

Par contre, en vertu des mêmes principes, je dois avoir sauvé pas mal de juifs pendant la guerre, parce que tout de même, la plupart du temps, être avec Julie, c'est un grand bonheur.

Et ça fait cinq ans aujourd'hui que c'est un grand bonheur. Bon anniversaire, nous.

Tu vois qui, oui ?

Ça y est, c'est décidé : nos grandes vacances pour cette année, ça sera au printemps, en novembre.