Métaphore

(il fait froid dehors)

Bungle in the jungle

Tunnel

Or ça, je suis allé me promener dans la jungle, avec une jeune fille de là-bas. De là-bas en Malaisie, pas de là-bas dans la jungle, ce qui explique qu'elle n'était pas très bien équipée, d'autant qu'elle avait encore moins d'expérience de la randonnée que moi. Voilà pourquoi au lieu d'avoir un sac à dos, elle portait ses affaires en bandoulière, ce qui n'est guère pratique quand on veut marcher plusieurs jours. Moi, pour être pratique, j'avais des chaussures qui m'ont coûté une fortune l'année dernière, mais dont le confort, l'imperméabilité et la solidité sont parfaites pour ce genre de promenade. Elle, de son côté, avait des vieilles chaussures qui avaient un peu trop baroudé.

Quand on me demande si j'ai rencontré beaucoup d'animaux sauvages dans la jungle, je réponds que oui, j'ai vu des souris féroces et des écureuils gloutons. Le dernier jour de marche n'a pas été facile parce que nous étions fatigués de leur avoir fait la chasse toute la nuit, en pure perte : au matin, ce qu'il restait de nos réserves de nourriture était totalement impropre à la consommation (à moins d'aimer les crottes de rongeurs.) C'est donc fatigués et le ventre vide que nous nous sommes mis en route pour une journée de marche dans la moiteur.

J'ai souffert, parce que je me suis retrouvé à porter deux chargements complets : mon sac sur le dos, le sien en bandoulière devant en essayant d'éviter les trop grands mouvement parce qu'il était en train de lâcher de partout. C'était difficile, mais je m'estimais heureux et c'était bien le moins que je puisse faire pour soulager ma co-aventurière qui était dans une position délicate : la veille, dans la boue, une de ses semelles a commencé à se décoller. Ce jour là, à peine partis, c'est l'autre chaussure qui a complètement lâché. Imaginez un peu la scène : douze kilomètres dans la jungle, moi avec mes deux sacs qui me tuaient le dos et m’empêchaient de regarder où je posais les pieds, elle, tout simplement, pieds nus.

Milieu menteur

C'est bon pour la légende, ceci-dit : les gens qui croisaient ses traces dans la boue étaient émus de les imaginer être un témoignage de l'existence de tribus reculées. Les gens qui nous croisaient étaient fascinés par sa façon de faire contre mauvaise fortune bon cœur : je peux témoigner que de toute la journée, elle ne s'est jamais départie de sa bonne humeur et a souri dans l'adversité jusqu'au bout[1], alors même qu'à chaque rencontre, on poussait des cris d'horreur devant l'état de ses pieds. Non pas qu'ils aient été réduits en charpie par la marche, mais des pieds nus, dans la jungle, il y en a qui adore ça, c'est tellement plus facile que de devoir, comme pour moi par exemple, passer à travers le pantalon ou le t-shirt.

Oui parce que quand on me demande si j'ai rencontré beaucoup d'animaux sauvages dans la jungle, je réponds que oui, j'ai vu des souris féroces et des écureuils gloutons, et surtout le grand prédateur sanguinaire : les sangsues[2].

Barefoot & leeches

(photos de mes souvenirs de Malaisie)

Notes

[1] De certaines expériences passées, j'attendais à chaque instant de la journée qu'elle se mette à râler. Perdu.

[2] C'est bête, je n'ai pas pensé à prendre de photo avant qu'elle en enlève la moitié.

-

Commentaires

1. Par Franck, le 31/03/2011 à 13:23

Mais au fait, tu les enlèves comment les sangsues ? Avec une torche, au briquet Bic, au Taser ou directement en taillant dans les chairs avec un couteau rouillé (vu l'humidité ambiante) ?

2. Par xave, le 31/03/2011 à 13:28

D'abord, tu peux éviter le plus gros en te frottant la peau au tabac imbibé d'eau. Une fois qu'elles sont en place, il y a plusieurs solutions : avec du sel, en les brûlant, voire, si elles ne sont pas accrochées depuis longtemps, simplement en les enfumant ou en les poussant avec une branche.

Quant à moi, qui ne m'en suis pas retrouvé couvert comme ma camarade, j'ai simplement suivi son conseil : "tu sais, une fois qu'elles ont assez bu, elles tombent toutes seules."

3. Par Emma, le 31/03/2011 à 15:27

Brrr... c'est un blog interdit aux moins de 16 ans, par ici ?

Très jolie lumière sur la première photo...

Sinon, je voudrais pas jouer les prêcheuses pisse-vinaigre, mais il semble que tes méthodes "chimiques" pour décoller les sangsues ne soient pas préconisées par tous.
Ça me rappelle le débat sur l'éther, qu'emploient certains pour décoller les tiques : il risquerait de déclencher une sécrétion réflexe de salive de la part des parasites. Il paraît qu'il vaut donc mieux les enduire de beurre pour les étouffer.
La mécanique bien lubrifiée, y'a que ça de vrai.

4. Par xave, le 31/03/2011 à 15:53

Ce ne sont pas mes méthodes, mais celles des touristes qui étaient dans le coin. Pour citer la page que tu mets en lien, ma méthode à moi, c'était la laisser tranquille et supporter l'inconfort le temps qu'elle soit rassasiée et lâche prise d'elle-même.

(Et la lumière, c'est parce que l'humidité locale faisait subir un sort à mon objectif qui me permettait de faire du David Hamilton sans filtre.)

5. Par Emma, le 01/04/2011 à 23:02

Et la lumière, c'est parce que l'humidité locale faisait subir un sort à mon objectif qui me permettait de faire du David Hamilton sans filtre.
Ah oui, c'est vrai :-))
Mais en fait, moi je parlais des feuilles réfléchissantes sur la droite — qui ressemblent presque à des armes blanches sous cette lumière — et du faisceau lumineux des projecteurs, lorsqu'ils rencontrent le tapis végétal...
(J'ai dit que j'adorais cette photo ? On la guette, en se demandant si tout est calme ou si au contraire, quelque chose ou quelqu'un va surgir... :-) )

6. Par xave, le 01/04/2011 à 23:09

Ouais, un Nazgûl.

7. Par martin, le 02/04/2011 à 23:27

je suis allé voir sur googmaps où était kuala tahan parce que j'avais des doutes sur le fait que tu fusses vraiment allé dans la jungle (une jungle avec des pancartes ?!), mais en fait oui. C'est même en plein milieu. Dont acte.

8. Par xave, le 03/04/2011 à 22:41

Saint Thomas !

Les sentiers sont quand même un peu balisés, un peu : souvent, on manque de se perdre parce qu'on est obligé de contourner une zone rendue impraticable par la pluie ou la chute d'un arbre, ou alors bêtement parce qu'on a raté un signe (des petits carrés colorés de quatre centimètres de côté cloués sur les troncs assez éloignés pour laisser au marcheur le temps de partir dans une mauvaise direction s'il en manque un.) S'il n'y avait pas ça, j'aurais pris un guide, je ne suis pas complètement fou, quand même.

Et oui, il y avait des pancartes : une au début du sentier, une à la fin. Celle-là était unique parce qu'en plein milieu, mais nécessaire à la santé mentale : c'est le seul moment de la journée où on a une vague idée de sa progression.

Ajouter un commentaire

URL de rétrolien : http://xave.org/trackback/4732