Métaphore

(il fait froid dehors)

Résultats de la recherche pour le tag love

Fil des billets - Fil des commentaires

Nanif, Peter...

Aujourd'hui, c'est l'anniversaire de la plus jolie Julie. Et pour l'occasion, elle s'est fait une coiffure de Peter Pan. J'aime bien !

le train, c'est épatant !

hier, 18h : sortage du boulot à Bruxelles. Deux heures plus tard : attablage à Paris avec la plus Julie des jolies. Et ce matin, retour au boulot bruxellois. Merci les tchou.

et maintenant, repos ! (tu parles ...)

Je suis pas nostalgique, mais je regrette rien !
Stupeflip

Donc oui, voilà, je suis de retour.

Allez, je vous raconte un peu mes vacances - je n'ai rien d'autre à dire, de toutes façons, je ne suis pas encore complètement reconnecté - : Ça commence par un petit séjour à Saint-Chartier, et quoi que j'ai pu en dire, je crois bien que je vais y retourner, c'est vraiment une trop grosse bulle d'oxygène pour que je m'en puisse passer. Alors bien sûr, ça augmente, bien sûr, c'était mieux avèng (sic) mais quand même, c'est un joyeux bordel que j'aime bien.

C'est mon tour

Julie vient à Bruxelles demain. Comme ça. C'était pas prévu... Et voilà que j'ai un sourire absolument béat collé à la figure.

lettre ouverte à quelqu'un qui s'inquiète pour mon bonheur

Je suis heureux, merde ! Je suis sans doute un des gars les plus heureux que je connaisse, il faut arrêter avec ça ! J'adore ma vie, j'adore mon job, j'adore bosser dans une grosse structure internationale et multilingue, j'adore le fait de sauter de Bruxelles à Paris, de la ville la plus cosmopolite d'Europe à la plus belle ville du monde, de jouer la musique que j'aime à Lille, d'aller passer mes week-ends en Normandie ou en Alsace, mes vacances dans des cultures complètement étrangères, de partir voir des festivals à des centaines de kilomètres sur un coup de tête, de découvrir des trucs, de lire, d'avoir des copains partout en France, de pouvoir m'acheter les disques ou les instruments qui me font envie, d'avoir assez d'argent pour n'avoir pas à m'en préoccuper, et surtout je suis amoureux d'une fille absolument épatante, jolie, intelligente, intéressante, curieuse, dont personne ne peut nier que c'est une fille exceptionnelle, et cette fille est amoureuse de moi. Pourquoi est-ce que je voudrais changer quelque chose ? Si je pouvais changer quoi que ce soit à ma vie, je ne changerais que mon salaire, histoire de pouvoir prendre un peu plus de jours sans solde ou de trains, mais certainement rien d'autre ! Elle est bien ma vie, elle me plaît ma vie, et je passe mon temps à être sur le cul d'avoir la chance d'avoir la vie qui est la mienne. Et la dernière chose dont j'ai envie pour le moment, c'est de me poser, de vivre dans un rayon de trente kilomètres, de fonder une famille et de ne plus bouger, plus tard, peut-être, quand nous serons fatigués (et encore : mon histoire ne m'a pas donné forcément une image très reluisante du concept de famille), mais pour le moment, je suis encore jeune et j'ai encore envie de m'amuser. Et je laisse à tous ceux qui ne se sont pas vus mourir l'idée qu'une vraie vie, c'est une maison, une télé pour regarder TF1, un lave-vaisselle, un mariage et des enfants, moi je passe. J'ai envie de vivre en vrai, pas en suivant des modèles qui ne sont pas les miens (ni ceux de Julie d'ailleurs.) Alors qu'on laisse ma vie, elle est heureuse, ma vie, comme je n'aurais jamais cru qu'elle puisse être !

Ça fait des années que certains sont persuadés de savoir mieux que moi ce dont j'ai besoin et ont du mal à comprendre que la morale, les aspirations et les conventions de la masse, merci, pas pour moi. Je ne juge personne, j'aimerais bien que la réciproque soit vraie. Personne ne peut juger de la réussite de ma vie, que moi.

Chance

Je viens de retrouver Julie que je n'avais pas vue depuis trois semaines. Moi qui me targue habituellement d'avoir un certain répondant pour ce qui est du vocabulaire, là je suis un peu à court de mots pour dire à quel point elle me plaît. Je vous ai déjà dit que j'avais beaucoup de chance ?

la mieux

Il faut que tu arrêtes !
Julie

Hier, après une journée passée à courir après l'un des plus gros crash depuis que je bosse là où je bosse, j'ai pris la route pour parcourir trois centaines de kilomètres en trois heures, parce qu'en ce troisième jour du troisième mois, ça fait précisément trois ans que j'ai embrassé Julie pour la première fois...

Histoire que ça soit drôle, je suis reparti de Paris ce matin très tôt, j'ai slalomé entre les accidents, pour revenir à Bruxelles bosser sur le gros problème (qui heureusement va mieux) et ce soir je pars sur Lille pour répéter avec mes petits camarades (même pas à Lille, d'ailleurs, en pleine cambrousse,) ensuite je prends le train pour retourner à Paris où j'aimerais beaucoup faire une nuit complète, parce que je commence à fatiguer un peu...

Souvenirs de Jordanie

Ces derniers temps, j'ai pris pas mal de retard dans mes mises à jour (j'essaie depuis des années de m'en tenir à au moins une mise-à-jour par semaine, même si j'ai cessé depuis longtemps de m'engager à le faire.) mais il faut dire que j'ai pas mal écrit : les comptes-rendus de mes vacances en Jordanie, ça représente pas mal de temps passé à taper le clavier, parce que dites vous bien que je n'ai aucune facilité : je sue sur mon clavier et ça me prend trois heures pour taper deux phrases.

N'empêche, avec tout ce que j'ai tapé sur ces vacances, il y a encore des tas de choses que je n'ai pas eu l'occasion de placer, sur la Jordanie, sur les jordaniens, sur les routes, sur les bâtiments, l'ambiance, l'accueil... Maintenant que j'ai terminé mes compte-rendus et eu l'occasion de mettre en ligne ce que j'avais tapé qui n'avait aucun rapport avec ça, je peux essayer de caser mes impressions manquantes...

Noywël ! Noywël !

Je viens de recevoir un appel de la fille loin, à qui je manque pitêt un petit peu autant qu'elle me manque. Alors je suis de bonne humeur...

Joyeux Noywël, les gens !

manque

Julie est partie hors d'atteinte de moi et de mes mails depuis lundi. Je commence à avoir une sérieuse crise de manque...

Le Week-end, c'est fait pour se reposer.

C'est ma nana !
Mel Gibson, L'Arme Fatale je sais plus combien.

Allez, je vous raconte notre week-end ! Histoire de bien faire comprendre que quand je dis que je manque de temps ou que je cours, je ne raconte pas toujours des carabistouilles.

Vendredi, je quitte le boulot à Bruxelles, direction Lille, parce que le soir, j'ai une répète avec mes petits camarades, quelques heures de musique après lesquelles je vais me coucher, j'ai des choses à faire tôt le lendemain matin.

Samedi, debout tôt (enfin on essaie) pour aller rejoindre Julie sur Lille. Tôt parce que c'est bientôt Noël et qu'à déjà très tôt du matin, c'est pas facile de trouver une place. J'arrive juste à temps pour quand même trouver où laisser la voiture, et je me dirige vers l'agence de voyages où je dois retrouver Julie. En route, je fais un rapide tour chez un vendeur de tas de trucs d'occase et je repère une petite basse acoustique sympathique. Je vais y réfléchir.

Arrivée à l'agence de voyage, Julie est déjà en grande conversation avec le maître des lieux, et après avoir pris quelques renseignements, nous commandons les billets d'avion. La décision date de quelques jours : Pour le nouvel an, histoire de rattraper les vacances que nous n'avons pas prises cette année et celle que nous ne prendrons sans doute pas l'année prochaine, nous partons une dizaine de jours en Jordanie. Vous voyez où c'est ? C'est le pays situé entre Israël, l'Irak, l'Arabie Saoudite et la Syrie. Évidemment, tant qu'à faire, nous partons sac au dos, Mais nous avons quand même réservé pour les deux premières nuits, après on verra sur place.

Rangement

Oh toi, de toutes façons, je bouge un bras et tu as une érection...
Julie

L'autre jour, j'ai fait du rangement : la chambre que j'avais chez ma mère étant appelée à devenir un de ces quatre une chambre d'amis, il m'a été signifié que la vider serait une bonne idée. Hein ? Mais j'ai des milliers de choses dans cette chambre ! Y compris de multiples guitares, des orgues (dont un très gros) et des années, si pas des décennies de trucs et de machins empilés et pas classés. Voyez vous ça : Je ne sais pas encore comment j'ai fait, mais j'ai réussi à pratiquement faire le vide en moins de trois jours.

Pour ce faire, j'ai jeté plus de choses en 48 heures qu'en vingt ans. J'ai fait du classement à toute vitesse (en me tenant aux choses simples : des années de tel ou tel magazine, un gros tas pour les factures) en gardant le plus dur pour plus tard : mon courrier, mes archives, mes vraies, celles avec des vrais bouts de vie dedans. Mais entre le carton dans lequel j'avais transporté ma première basse en sortant du magasin et qui n'avait plus jamais servi depuis et tout un tas d'éléments de décoration dont peut-être friand un ado mais qui est quand même très laid des années après, j'ai réussi à faire une sacrée place.

la mieux

Les filles, qu'est-ce que c'est bien... N'empêche que Julie, c'est la mieux !

Squatté !

-Je t'aime comme au premier jour !
-J'ai envie de faire pipi.

Julie et moi (mais moi d'abord)

Je suis squatté : il y a une fille chez ma maison. Et le pire, c'est que ça ne va pas s'arranger : on attend le passage d'une moiselle Cui (avec monsieur.) Ça va faire quatre personnes en même temps dans mon appart, ça n'est plus arrivé depuis des années (tant il est vrai que j'ai pas d'amis.)

Du coup, bien sûr, voilà une contribution courte, tant il est vrai que j'ai autre chose à faire. D'un autre coté,là, Julie est en train de regarder une bêtise à la télé, donc je peux taper (mais pas trop fort, ça va la gêner.)

manque de Julie

Julie est encore en train de me manquer, il va falloir qu'elle arrête un jour quand même !

Sidaction

Ah tiens, je suis amoureux !
MoiJe™

Un Sidaction de passé, un ! J'ai suivi Julie, mais je n'ai pas bossé autant qu'elle... Pour ceux qui ne le saurait pas, elle travaille pour le moment sur un projet de l'asso qui organise l'évènement, elle a donc fait partie des gens mobilisés pour encadrer un certain nombre de choses ce week-end. Et j'ai suivi.

Je ne suis sûr que bosser avec la personne dont on partage la vie soit la meilleure idée du monde, il n'empêche que j'adore la regarder travailler... Ca fait partie des moments où je me rend encore mieux compte que d'habitude que Julie, quand même, c'est quelqu'un ! Alors quand je la vois organiser des choses, gèrer des gens et être partout à la fois, je suis encore plus impressionné.

Je suis amoureux

-C'est à quelle heure exactement, ton train ?
-Je ne t'ai pas prévenu ? Je reste...

Dialogue avec Julie

Adoncques j'ai un peu de retard sur ce dito, mais j'ai une super bonne raison : je n'étais pas seul, j'avais autre chose à faire que de traîner sur un ordinateur (et par ailleurs trop de boulot au boulot pour passer du temps sur mes aventures blogo-littéraires.) Je n'ai pas non plus pris le temps de prévenir que ça allait arriver, puisque je n'étais pas au courant.

Cancre

ils ont dit :

N'arrivera jamais à rien dans la vie
la plupart des profs que j'ai eus

ils avaient presque raison.

Parfois, il faut faire du rangement. Partant ce ce sain principe, ma mère a demandé à ses enfants (dont je fais partie, donc) de bien vouloir trier les sacs contenant à peu près tout ce qu'il reste de leur scolarité. Ça représente un ou deux mètres cubes, on ne peux que gagner de la place. Je m'y suis donc attelé.

Ouille.

Bonheur

D'autres émois

Bravo Seigneur, c'est du joli travail
La cambrure des reins, ça c'est une trouvaille...

Georges Brassens

Quand j'étais petite
Je voulais être une negresse
Je n'sais pas trop pourquoi...
Peut-être pour avoir
Leur cambrure et leurs fesses

Les Elles

J'veux du cuir : pas du peep show, du vécu,
J'veux des gros seins, des gros culs !

Alain Souchon

Émois à moi

Ce qu'il y a de bien, dans les filles, c'est les courbes... Moi personnellement je trouve. La cambrure des reins, c'est quand même une des plus jolies choses que la nature ait inventé, non ? Alors qu'est-ce que c'est que cette mode à la con des filles anorexiques ?

Bon d'accord, je débarque, ce n'est pas nouveau, mais si quand même : c'est de retour. Les dernières images que j'ai vues de filles sur les podiums sont à faire peur. Il y a eu pendant un bout de temps un retour à une mode des filles qui ressemblent à des filles, mais là, j'aurais bien trop peur en prenant dans mes bras un mannequin à la mode de maintenant de me couper sur ces os saillants.

manque

Je veux retourner de l'autre coté, ça manque de Julie dans ce pays !

- page 2 de 3 -