Métaphore

(il fait froid dehors)

Que de lumières !

Achtuce : En cliquant sur les parties gauche ou droite d'une photo, vous pouvez passer à la précédente ou à la suivante. (les touches P & N fonctionnent aussi.)

bonjour la facture EDF.

Il y a tout de même un problème avec les repas japonais : bien sûr, c'est super pratique, puisqu'on vous met sur la table l'intégralité de votre repas en une seule fois, entrée et dessert compris, vous n'êtes pas surpris après vous être goinfré de l'entrée de voir arrivé un plat que vous aimez encore plus mais pour lequel vous n'avez plus de place (ça, c'est le problème vu de manière optimiste.)

Sauf qu'entrée et dessert compris, c'est faux, puisqu'il n'y a pas de dessert. Pour un palais européen, ça laisse toujours au repas une impression de pas fini. Se débarrasser de cette impression est facile : il suffit d'aller manger une sucrerie quelconque. Nous nous mettons donc en quête du McDo le plus proche, au moins, là bas on connaît leur glaces. Coup de chance, nous croisons deux demoiselles avec un McFlurry entre les mains : excusez moi, vous pouvez nous dire où il y a un McDo ? Mais elle n'ont pas l'air d'avoir remarqué que c'est là qu'elles ont acheté ce qu'elles sont en train de manger, et serviables comme des nippones, elles viennent avec nous pour nous guider vers une rue où il y a ce que nous cherchons. Sauf que nous savons très bien qu'il y en a un au bout de cette rue, mais c'est loin, et si vraiment elles venaient de celui là, leur glace aurait fondu.

climatisation dans le métro.

Nous attendons donc qu'elles disparaissent pour repartir dans l'autre sens, et nous finissons par trouver l'échoppe recherchée (pour être honnête, ça aurait été aussi rapide d'aller vers celui qu'elles nous avaient désigné finalement.) Ici aussi, les McDo ont un accès wifi, et ça doit être juste pour me narguer puisqu'après avoir passé deux jours à trimballer mon pda inutilement, j'ai aujourd'hui décidé de le laisser à l'hôtel. Allez, une glace, et on repart affronter la rue du chic et de la mode, puisqu'il faut que nous refassions tout le chemin à l'envers pour retrouver la station de métro où nous avons laissé nos affaires en consigne.

bonjour la facture EDF, encore.

Dans le cadre de son boulot (elle est styliste) ma sœur va régulièrement passer quelques jours à New-York histoire de faire les boutiques et de saisir les tendances : quelle erreur ! C'est ici qu'elle devrait venir, il y a de la fringue et du maquillage dans tous les sens, les jeunes sont total look ou ne sont pas (d'ailleurs est-ce à cause de ces excès ? Je ne trouve pas les filles terribles, ma foi.) et il faut vraiment aller loin pour les choquer, même si c'est faisable, comme l'a prouvé aujourd'hui cet éphèbe à la coiffure de Wham en mini-short avec des bottines à talons et des bas qui lui montaient à mi-cuisse.

Après que notre premier voyage en métro sans Olivier, notre accompagnateur, nous aie permis de nous rendre compte que les transports en commun sont finalement presque utilisables sans prise de tête une fois qu'on a compris quelques principes de base, Julie et moi nous dirigeons vers le quartier des instruments de musique. Évidemment, j'aurais du venir seul, ça m'aurait évité d'avoir peur que Julie s'emmerde, mais de toutes façons elle est patiente et ça n'aurait sans doute pas duré beaucoup plus longtemps : oui, il y a des centaines, voire des milliers de grattes, mais cette accumulation m'empêche de voir quoi que ce soit qui ressort du lot, d'autant que si différence de prix il y a avec la France, elle n'est pas de taille à justifier le voyage. Quant aux instruments spécifiques, il y en a peu : on trouve sensiblement les même guitares et basses que par chez nous, mais avec une proportion d'asiatiques encore plus marquées. Pas non plus de ukulélés intéressants, la seule chose qui sorte un peu du lot et qui a l'air d'être très facile à trouver ici -il y en a dans tous les magasins- est un type de guitare de voyage avec ampli Pignose intégré. Rigolo, mais j'ai sûrement autre chose à faire avec le tiers de mon budget.

Exit donc le quartier des instruments de musique, direction XXXX, autrement dit Electric City (en français, eut-on dit Électri-Cité ?) C'est le quartier qui regroupe tous les grands magasins et petites boutiques de trucs qui s'allument, qui brillent, qui font du bruit, qui prennent des photos, enfin bref : de tout ce qui est high-tech. Ça doit être très intéressant quand on est à la recherche de quelque chose de spécifique, mais quand on est fatigué de sa journée et qu'on flâne, tous ces bruits et ces lumières qui font du quartier une caricature de bien d'autres quartiers de Tokyo rendent l'expérience assez fatiguante, surtout en fin de journée, c'est un peu trop pour nous. Du coup, nous profitons assez vite de nos compétences nouvellement acquises en transports en commun pour retourner vers l'hôtel, et comme aujourd'hui, il y a eu un peu trop de poisson et que j'ai envie de bon gras bien occidental : direction le McDo ! Attention, je parle bien sûr pour moi : Julie s'arrêtera en route pour s'acheter un yaourt (mais même ça, c'est difficile à choisir.)

c'est beau, une ville, la nuit.

Allez, gardez vos sarcasmes : j'avais prévu le McDo avant de commencer le voyage ; C'est en effet un principe : Je vais essayer les McDo étrangers, histoire de voir en quoi consistera la petite différence locale. Ici, il y a quelque particularités : D'abord, pas de notion de menu, ce qui fait que j'ai eu du mal à me faire comprendre, on commande le hamburger et le lot boisson-frites à côté. Ensuite, ils ont quelques hamburgers qu'on trouvera assez difficilement à Paname : le plus étrange contient un beignet frit de crevettes et non, je ne le mangerai pas aujourd'hui. J'ai bien l'intention de goûter, mais j'ai eu ma dose de fruits de mer. Je me tourne donc vers la version poulet sauce caramélisée, et je ne suis pas épaté : on dirait le traditionnel hamburger au poulet frit, mais pas frit. Allez, bientôt le McCrevette, je suis sûr que celui là sera étrange.

Note pratique : au comptoir, il suffit de retourner le menu et vous aurez une version anglaise, ça n'a l'air de rien, mais ça peut être fort utile.

Fin de journée, enfin. À moi mon lit !

-

Comments

1. By Franck, on 20/12/2006 at 22:27

Vraiment sympa ce carnet de voyage, ça donne envie, malgré tout les petits tracas (qui sont surement le lot commun de beaucoup de touristes un peu partout dans le monde, pour peu qu'on fasse plus de 1000 km dans n'importe quel sens).

Pour la petite histoire, le McDO (je parle du sandwich de base) est une unité couramment utilisée par les économistes pour comparer les niveaux de vie entre pays.

2. By LeChieur, on 22/12/2006 at 00:29

Et le quarter pounder with cheese, ils l'appellent comment, là-bas ?

3. By lepi, on 27/12/2006 at 10:56

Bonjours Xave: De ma part, j'ai trouvé!BONNE ANNEE 2008.

4. By n@b, on 27/12/2006 at 17:18

Je confirme. On nous sert effectivement toujours l'intégralité du repas....mais sans le dessert pour la simple raison que chez eux cela n'existe pas.... Sont fous ces romains (oups ces japonais)

ps : le Mc Crevette = Ebi Burger

5. By Inoshishi, on 27/12/2006 at 17:21

Alors petite note concernant le Mc crevette, je l'ai gouté et figurez-vous qu'au Japon cette noble bestiole à le gout de poulet (en tout cas dans sa version "Ebi burger"). ça existe le poulet crevette ? là bas ils ont trouvé la formule...

Add a comment

Trackback URL : http://xave.org/trackback/763